Ce week-end, la Convention Nationale de PRS s’est tenue près de Bordeaux. J’y étais dès samedi matin pour animer une formation des élus locaux sur la question du retour en gestion publique de l’eau (j’y reviendrai prochainement sur ce blog) et en début d’après midi, une délégation de six camarades de la Seine-Saint-Denis me rejoignait pour participer aux travaux de la Convention.

 
On ne peut pas dire que c’est l’enthousiasme qui régnait dans cette assemblée, puisque le bilan de la période électorale qui vient de s’achever est particulièrement sombre pour la Gauche. Pour autant, ce n’était pas non plus l’abattement car les quelque 200 délégués des associations départementales venus de toutes la France ont une fois de plus montré leur grande cohésion politique, tant dans l’analyse lucide des événements qui ont amené la gauche dans cette situation, que dans les moyens à mettre en œuvre pour reconstruire.

 
Disons que c’est une froide détermination qui était presque palpable pendant ces deux jours de travaux. Le résultat est contenu dans le texte « La gauche d’après » élaboré collectivement et adopté dimanche matin. J’invite mes lecteurs à découvrir ce texte sur le site de PRS-93 et à le diffuser autour d’eux. Il faut le lire de près. Il contient selon nous les éléments fondateurs d’une recomposition idéologique et structurelle de la gauche qui apparaît indispensable à un nombre grandissant de militants et responsables.

Ce texte veut ouvrir la voie à une force nouvelle à Gauche.

PRS93----Bordeaux.jpg

Retour à l'accueil