Ci-dessous le texte envoyé la semaine dernière aux militants socialistes pour l’investiture pour le canton Montreuil-Est

 

Aux militants socialistes de Montreuil

Déclaration de candidature de Nicolas Voisin

à l’investiture socialiste pour le canton Montreuil-Est

(Remplaçante Riva Gherchanoc)

 

 

 Chers camarades,

 

C’est avec conscience du devoir qu’anime tout militant socialiste que je vous présente ma candidature à l’investiture socialiste pour l’élection qui aura lieu les 9 et 16 mars 2008 sur le canton Montreuil-Est, Ce canton regroupe les quartiers Montreau-Le Morillon, Ruffins-Théophile-Sueur, Bel-Air-Grands-Pêchers-Renan, Jean-Moulin-Beaumonts, Branly-Boissière, Signac-Murs à Pêches.

 

Je souhaite vous exposer en quelques mots les raisons qui m’amènent à briguer l’honneur de porter les couleurs du Parti Socialiste. Déclarer sa candidature est toujours un choix important, mûrement réfléchi, qui peut parfois exprimer une ambition personnelle, mais qui, selon moi, doit surtout manifester une disponibilité pour servir l’intérêt général de nos concitoyens. Dans ce canton, le choix de la candidature socialiste sera décisif, car ils s’agira d’y défendre une vision politique claire et surtout d’y réaliser un ambitieux projet républicain et social susceptible de mobiliser les quelque 34 000 habitants confrontés à une situation particulièrement difficile.

 

Un territoire en souffrance

 

Qu’elle soit réelle ou plus subjective, la fracture entre le « Haut-Montreuil » et le reste de la ville est désormais une question récurrente du débat public. Cette fracture révèle une réalité plus générale de notre département : celle d’une inégalité territoriale et d’une dualité sociale inacceptables que les socialistes doivent combattre par tous les moyens. C’est d’ailleurs un des enjeux du projet des socialistes pour le département, dans lequel je m’inscris. Je sais par mon expérience municipale que c’est dans les quartiers de ce canton que se concentrent tous les « records » de la commune, en ce qui concerne les indices de pauvreté, le logement social, les familles monoparentales, l’échec scolaire, le taux de chômage, notamment chez les 18-24 ans (44,4 % à Bel Air - Grands-Pêchers-Renan et 41,7 % à Montreau - Le Morillon contre 30,3 % en moyenne). C’est aussi dans ces quartiers que le développement économique – bien réel dans le reste de la ville – se fait le moins sentir.

 

La fracture se révèle bien plus visible encore dès que l’on parle de transports en commun. A l’écart des lignes de métro, ces quartiers souffrent de dessertes de bus insuffisantes, manquant de régularité. Or, chacun le sait : c’est quand les besoins sociaux sont les plus grands que la demande en transports en commun de qualité se révèle la plus importante.

 

D’une façon générale, sous les coups de boutoir de la politique libérale conduite par les gouvernements de droite, les services publics sont mis à mal dans ces quartiers qui en ont tant besoin.

 

Mais c’est surtout dans les esprits que cette fracture est installée. Chacune de mes rencontres avec les habitants dans le cadre de mes fonctions municipales ou de ma vie militante me permet de mesurer à quel point ils se sentent enclavés, oubliés, comme laissés pour compte.

 

Elu conseiller général socialiste en mars prochain, je m’engage à œuvrer par tous les moyens disponibles – et ils sont nombreux au regard des compétences du Conseil général – pour changer cette donne.

 

Une population disponible

 

Les difficultés sont réelles. Mais il n’y a pas lieu de renoncer. J’ai la conviction que toute une population est disponible pour inverser cette tendance, à condition de savoir la mobiliser et lui offrir des moyens et les outils pour prendre son destin en main.

Elu municipal depuis 2001, chargé des délégations sensibles des affaires sociales, de l’emploi, de l’insertion, et de la vie associative, j’ai eu l’occasion d’intervenir d’une façon très régulière et suivie sur ce territoire.

 

Je connais parfaitement la disponibilité des nombreuses associations investies dans les domaines du social, de l’insertion, du sport, de la jeunesse, des femmes et de la culture, avec lesquelles j’ai engagé une relation de confiance fondée sur un travail concret. Je sais aussi quelles sont les difficultés de ces associations qui pourront compter sur le soutien d’un conseiller général conscient de leur rôle important et attentif à leurs besoins. De même, je suis de près le renouveau en cours de l’activité des conseils de quartier, qui reconstituent progressivement un lien citoyen qui a beaucoup reculé ces dernières années.

 

Je sais enfin le dévouement extraordinaire des équipes de professionnels des services publics territoriaux (Commune, Conseil général notamment) et des différents organismes intervenant dans les secteurs de la prévention spécialisée, de l’emploi, de la santé et du social. Car c’est au quotidien que je travaille avec eux dans le cadre des actions de terrain ou des réunions techniques.

 

Elu conseiller général socialiste en mars prochain, c’est sur la disponibilité et la créativité de ce collectif humain exceptionnel que je pourrai appuyer une action politique résolue à changer la vie des habitants de ce canton.

 

Une reconquête républicaine à affirmer

 

Cette ambition politique ne part pas de zéro. D’ores et déjà un certain nombre d’actions importantes ont été engagées dans le territoire du canton Est de Montreuil, à l’initiative notamment de la Municipalité et avec l’appui d’autres partenaires. Les élus socialistes de Montreuil sont très largement impliqués dans ces grands projets de rénovation urbaine. Nous avons défendu les investissements massifs dans la rénovation du quartier Bel-Air. J’ai activement contribué à l’élaboration et à la mise en œuvre de ce programme. L’intervention publique dans les zones urbaines sensibles (deux des trois ZUS de Montreuil sont situées dans le canton Est) s’est très largement développée. Je suis directement concerné sur les questions sociales, d’emploi et d’insertion, dont j’ai la charge, et les actions se sont multipliées. Parallèlement, de nombreuses actions ont été réalisées sous ma responsabilité ou avec ma contribution directe, notamment le recrutement local du personnel du nouveau Super U, la consolidation de la Régie de Quartier, l’installation de l’entreprise d’insertion ENVIE, le déploiement de l’association EGEE pour la création d’entreprises, les « tremplins » pour l’emploi… J’ai la conviction qu’une implication beaucoup plus forte du Conseil général est possible dans cet effort.

 

De même, avec les élus socialistes, je suis également très investi sur le plan de la réussite scolaire dont on mesure déjà les effets très positifs, mais à confirmer et à amplifier, notamment dans les trois collèges du canton dont le Conseil général est responsable. La présence de l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) en plein cœur du canton constitue un atout décisif pour un ambitieux projet éducatif de ce territoire, tourné vers la qualification et vers l’emploi. Je participe également à l’impulsion d’une véritable politique culturelle, avec l’enjeu central du secteur des Murs à Pêches, bien sûr, mais qui ne doit pas faire perdre de vue les autres actions à développer dans tous les quartiers de ce canton, s’appuyant sur la présence de très nombreux artistes. Là encore, le Conseil général est en pleine responsabilité pour permettre la réalisation de ces projets.

 

Enfin, je n’oublie pas les mobilisations actuelles des citoyens et des élus pour la défense et le développement des services publics mis à mal par la politique libérale : les batailles du Tramway T1, des lignes 9 et 11 du métro, des lignes de bus, du centre de sécurité sociale Jules-Guesde. Je suis bien sûr engagé dans toutes ces batailles en cours, au niveau qui est le mien aujourd’hui. 

 

Elu conseiller général socialiste en mars prochain, je m’engage à poursuivre et amplifier l’effort déjà entrepris et à porter cette mobilisation générale pour la reconquête républicaine et laïque des quartiers populaires de ce canton.

 

Je suis candidat…

 

Chers camarades,

 

Militant au sein de la section socialiste de Montreuil depuis dix ans, assumant dans cette ville des responsabilités importantes, vous connaissez tous le sens que je m’efforce de donner à mon engagement dans les affaires publiques de cette ville, ainsi que ma détermination à combattre la droite. Vous savez que, pour moi, prétendre à une fonction élective sur un territoire de la République aussi sensible que le canton Montreuil-Est est une ambition qui dépasse ma seule personne. C’est une ambition politique que je conçois au nom des valeurs socialistes et républicaines qui nous rassemblent et qui sont les seules capables d’offrir une perspective de progrès aux 34 000 habitants qui souffrent tant de la politique de droite, et qui attendent tant de nous, de la gauche, des socialistes... Représenter ces habitants au Conseil Général de la Seine-Saint-Denis sera pour un élu socialiste comme je le suis un véritable honneur.



Nicolas Voisin

 

Ma suppléante est Riva Gherchanoc. 29 ans, en recherche d’un emploi, militante socialiste, féministe et laïque, elle a grandi à Montreuil dans le quartier des Ruffins, au cœur de ce canton. Très impliquée dans la vie citoyenne (Conseil de Quartier, Associations) elle prendra une part active dans la campagne électorale et dans l’exercice du mandat.

 

Retour à l'accueil