Au moins 900 personnes se sont retrouvées hier soir, mercredi 6 février, dans la grande salle des fêtes de la mairie de Montreuil pour la présentation de la liste municipale du rassemblement de la Gauche avec Jean-Pierre Brard.

Pour les socialistes présents dans la salle, pour les candidats socialistes qui feront partie de cette liste de rassemblement, il faut imaginer l’honneur, le bonheur et - oui - le soulagement qui a été le leur de se retrouver dans ce vaste mouvement pour l’unité de la gauche sociale, républicaine et laïque, qui a tant de fois fait gagner le peuple de gauche face à la droite arrogante, agressive et réactionnaire, alors que c’est toujours la division qui l’a faite perdre.

Elle était là l’unité, sur la tribune où se sont retrouvés les 53 candidats, dans cette salle avec ces centaines de militants et citoyens, nous l’avons préservée : vive l’unité de la gauche ! C’est le mot d’ordre qui a rythmé toute cette belle soirée.

Comme tous les camarades socialistes présents hier soir, j’ai été littéralement assailli par des dizaines et des dizaines de personnes tout au long de la soirée, qui venaient nous féliciter d’avoir tenu bon face aux tentations de la division dont la presse s’est tellement fait l’écho. Les Montreuillois – on le sait – aiment beaucoup qu’on parle d’eux et de leur ville. Et ils ont quelques raisons d’en être fier, surtout quand ils sont de gauche, et surtout quand ils entendent parler de Montreuil qui résiste, qui se bat, qui se construit une vie meilleure et plus belle. Mais depuis quelques mois et jusqu’à hier soir, beaucoup de Montreuillois sont venus me confier leur trouble et s’interrogent sur l’étrange gourmandise de certains journaux, appartenant (mais c’est un détail !) aux grands groupes Bouygues - Dassault – Lagardère. Cette presse qui met en scène, excite et applaudit les querelles de la gauche à Montreuil et dans tout le département. Ces faiseurs d’opinion qui trouvent tellement « modernes » les alliances contre nature avec le Modem, et tellement « archaïques » ceux qui restent attachés à l'idée d'une unité de la gauche de transformations sociales… Quelle confusion ! Quel désordre ! Et quelle aubaine pour la droite qui a tout à gagner que la gauche se divise et se déchire !

J’ai vu qu’il y avait un certain nombre de journalistes dans la salle hier soir. Tant mieux : ils ont ainsi pu mesurer le succès de cette manifestation. Et je ne doute pas qu’ils s’en feront l’écho dans les jours qui viennent, et que désormais, lorsqu’ils parleront de la campagne municipale à Montreuil, ils confirmeront que les socialistes étaient bien dans cette salle, ce soir là, et pas ailleurs. Je n'en doute pas... Je n'en doute pas...

Les socialistes montreuillois sont venus en nombre, hier soir, brandissant fièrement leur drapeau frappé du poing et de la rose, pour participer à cette réunion. A cette grande union ! Avec les amis du Parti Communiste Français, du Parti Radical de Gauche, du MARS - Gauche Républicaine, du Mouvement Républicain et Citoyen, avec Jean-Pierre Brard et avec les citoyens de Montreuil engagés contre la droite de Sarkozy. Fraternelle ambiance...

Toute la soirée, les socialistes montreuillois ont affirmé toute la place qu’ils comptent prendre, en première ligne dans les batailles qui viennent :

-  pour le rassemblement de toutes les forces de progrès,

- pour la protection des salariés contre les attaques incessantes d’un gouvernement aux ordres du Medef,

- pour la défense de la Laïcité face à un Président de la République qui va à Rome baiser la main du Pape, qui va à Ryad partager les valeurs des monarques saoudiens,

- pour la défense de la République face à un Président qui casse l’Etat social, qui menace le droit de grève, qui assèche les finances publiques en faisant des cadeaux à ses amis milliardaires, qui prive les français d’un nouveau référendum sur l’Europe,

- pour le progrès et la transformation sociale dans le respect de la vie et pour la préservation de la planète, car nous savons tous que c’est cela qui est en jeu aujourd’hui.

 

Toute la soirée, les socialistes montreuillois ont affirmé leur engagement

-  pour défendre dans cette ville un bilan plus qu’honorable qui est aussi le leur,

- pour se projeter dans l’avenir en préparant la ville des 30 prochaines années,

- et pour préparer la relève politique qui aura à assumer devant les citoyens les immenses responsabilités de la gauche de demain..

Pour réaliser cette ambition, c’est belle liste que nous présentons, respectant pleinement le thème de la campagne : « L’expérience d’une équipe engagée, l’enthousiasme d’une équipe renouvelée. »

Avec Geneviève, Frédéric, Juliette, Bruno, Alexie, Karine, Bruno, Riva, Fahd, Dominique, Ndero, Rose Anne, François, Julie, Jean, Carole, Ahmed, Blanche, Jean-Luc, nous sommes prêts à relever ces défis (voir la liste sur le site de la section socialiste)

L’expérience d’une équipe engagée avec des élus de la majorité sortante, bien sûr, mais aussi celle de tous ces nouveaux candidats investis dans des syndicats, dans des conseils de quartiers, dans des amicales de locataires, dans des conseils de parents d’élèves, dans des associations citoyennes, écologistes, culturelles, sportive et d’éducation populaire.

L’enthousiasme d’une équipe renouvelée avec cette jeunesse, cette diversité, cette détermination à défendre l’intérêt général et à promouvoir un projet politique.

C’est Jean Jaurès, le fondateur du Parti Socialiste, le militant infatigable de l’Union de la Gauche, le fondateur du grand journal l’Humanité – c’est dire s’il est une référence commune à la gauche rassemblée hier soir ! – qui disait cela : « Sans le Socialisme, la République est inutile. Sans la République, le Socialisme est impossible ».

Voilà l’état d’esprit, voilà le credo des socialistes montreuillois, les candidats, bien sûr, mais aussi les quelques 200 militants de la section, qui s’engagent dans cette campagne électorale, et dans le mandat de 6 ans que nos concitoyens nous confieront les 9 et 16 mars prochains. Il fallait être là, hier soir, pour voir comment ce sens du devoir civique et de la responsabilité républicaine se lisait sur les visages des candidats, surtout les « nouveaux » (Pour 62% des candidats de la liste présentée hier soir, ce sera le premier mandat). Cette conception sérieuse de l'engagement politique, nous la partageons avec toutes les composantes de la gauche qui se rassemblaient hier soir. Rien à voir avec ces visages hilares que j'ai pu observer ailleurs, de ces gens à qui tout semble du, qui considèrent qu'un mandat électif n'est qu'une aventure personnelle.

La période malsaine des doutes, des intrigues, des manœuvres et des combines est maintenant terminée à Montreuil. On connaît désormais le rôle de chacun. Malheur à ceux qui ont choisi la division ! La main reste tendue, cela a été répété encore hier soir, et elle le restera jusqu'au bout, mais les déclarations irresponsables des derniers mois ne laissent que peu de doute sur l'attitude qui sera choisie par ceux qui n'ont pas voulu l'union de la gauche.

Et nous autres, tous ensemble, nous avons désormais un mois pour partir dans tous les quartiers, dans toutes les rues et chaque cité pour convaincre un par un les électeurs à se mobiliser le jour du vote en mars, bien sûr, mais aussi avec nous pendant les 6 années qui viennent, qui seront enthousiasmantes, mais qui seront dures, on le sait.

C’est une véritable insurrection civique que nous devons provoquer dans les 31 jours qui viennent. La consigne a été claire hier soir : il y a désormais 53 têtes de liste, 53 « Jean-Pierre Brard » (!) qui vont faire campagne quotidiennement pour porter le message d’une gauche de combat. Et il y a les 900 participants à ce rassemblement hier soir qui sont repartis les bras chargés de tracts pour aller frapper à la porte des tous leurs voisins, pour leur proposer d’utiliser en mars prochain mars leur bulletin de vote pour élire une belle équipe, bien sûr, mais aussi pour faire une sorte de référendum pour dire Non à la politique de Sarkozy, et Oui à leurs espoirs d’une vie meilleure, d’une vie plus juste, d’une vie plus douce.

Nous avons 31 jours pour mobiliser et remporter une large victoire. 31 jours pour que Montreuil sanctionne Sarkozy. 31 jours pour que Montreuil, une fois encore, offre un formidable exemple et donne confiance à tout le peuple de gauche, dans tout le pays, dans sa capacité à battre la droite.

Vive Montreuil ! Vive la gauche unie !

 

Retour à l'accueil