Communiqué de Jean-Luc Mélenchon, Sénateur du Parti de Gauche

Au terme d’un marchandage écœurant l’Union européenne cherche à acheter les dirigeants irlandais pour qu’ils fassent céder leur peuple. La volonté d’un peuple tout entier est ainsi niée par le directoire européen. Un modèle de construction européenne étouffant franchit aujourd’hui un seuil spectaculaire.

Que l’on vote oui ou que l’on vote non, que l’on soit d’accord ou pas, de toute façon seul le « oui chef » est possible dans ce modèle autoritaire.

Le traité de Lisbonne qui était déjà la négation du Non populaire français et hollandais s’impose dorénavant comme la négation de la volonté des peuples en général. Nicolas Sarkozy restera l’homme qui a pris la responsabilité personnelle de ces dénis de démocratie.

Seuls les cyniques peuvent croire que les peuples vont accepter ce genre de méthode. Aux prochaines élections européennes de juin 2009, quoi qu’en pensent les spoliateurs, la réplique populaire viendra.

Le 11 décembre 2008, 11h30
Retour à l'accueil