Mon initiative de lundi dernier a fait sourire pas mal de gens, et quelques journalistes ont repris l'information le lendemain, mardi 1er juillet :

 

 

Apparemment, ça n'a pas fait sourire tout le monde... Le maire de Montreuil ne m'a en effet pas répondu. Dommage. Ca n'est pas très poli. Patrice Bessac  a toutefois pris le temps de répondre aux journalistes (qui semblent être plus  respectables à ses yeux que le simple citoyen que je suis, c'est une leçon d'humilité dont je saurai me souvenir).


Ainsi, la première explication donnée au Parisien pour le non respect de l'engagement sur le cumul des mandats serait l'existence "de dossiers sans doute plus longs à gérer que prévus". Ah bon ? Lesquels ? J'avais cru entendre que la ville de Montreuil serait gérée à 100% par le maire lui même, mais aussi par tous ses adjoints si on en croit l'injonction qu'il leur a faite : "Quant à mes adjoints, je les veux à plein-temps sur leur délégation" (le Parisien du 19 avril 2014). Quel est ce petit jeu ? S'agissait-il d'une promesse conditionnelle ou d'un calcul électoral dans une campagne marquée par le rejet des anciens cumulards - la Sénatrice-Maire Dominique Voynet et le Député-Maire Jean-Pierre Brard - dont il fallait se distinguer ? C'est un peu comme cette décision, prise lors du premier conseil municipal d'avril dernier, de diviser par deux l'indemnité du maire de Montreuil, s'élevant désormais à 3200€. Bravo ! Mais ne serait-ce, là encore, qu'un trompe l'œil, quand on sait que l'indemnité du Conseiller Régional d'Île-de-France s'élève à plus de 2500€ ?


L'autre justification est aussi troublante quand on y réfléchit deux secondes : "Il pourrait également craindre un recours de son ancien rival, Jean-Pierre Brard, contre son élection à la mairie", avance Metronew. Il y a en effet un recours en annulation déposé par Brard depuis le mois d'avril, portant sur une centaine de votes de personnes membres de la communauté Rom, originaires de Roumanie qui est un pays membre de l'Union Européenne et dont les ressortissants peuvent légitimement participer aux élections locales. Cette contestation est détestable, et confirme que sur cette question des Roms, Jean-Pierre Brard est depuis longtemps passédu coté obscur de la force. Comme tout le monde, j'ai la certitude que ce recours sera jugé irrecevable par le Tribunal Administratif (ce serait d'ailleurs terrible à tout point de vue s'il était validé!), et du reste, l'écart de cinq cents voix au second tour étant nettement supérieur à cette centaine de voix contestées, le résultat du 30 mars sera évidemment confirmé. A quelle date le Tribunal Administratif examinera-t-il le recours ? Je n'en sais rien. Mais c'est le raisonnement qui est très étonnant : ainsi, il s'agirait de ne pas lâcher un mandat tant qu'on n'a pas la garantie d'en avoir acquis un autre ? Cette conception carriériste et patrimoniale de la fonction élective est assez consternante.


Bon...


Chères lectrices et chers lecteurs de ce blog... c'est l'été, et on ne va pas se mettre la rate au court bouillon pour tout ça, pas vrai ?!! Les vacances vont bientôt commencer, il y a le foot, le tour de France, la plage, la montagne (pour ceux qui peuvent se les offrir...), bref, c'est le début de cette "trêve estivale" sur laquelle compte souvent les politiciens pour faire passer les mauvais coups. Moi, depuis une quinzaine de jours, j'ai dit ce que j'avais à dire sur cette histoire, qui m'implique certes un peu, mais dont je ne fais pas une affaire personnelle. Depuis 2010 et ma rétrogradation à une place non éligible sur la liste régionale du deuxième tour (ai-je raconté que cela s'est fait au profit de... Patrice Bessac, candidat sortant à Paris au premier tour, mais n'ayant pas réalisé assez de voix avec le Front de Gauche pour garantir sa réélection : seulement 6% à Paris, contre les 12% que nous avions fait en Seine-Saint-Denis ?), je n'avais rien demandé à personne et je me suis tenu tranquille... Mais ce qui est assez insupportable, c'est de voir ce petit jeu de faux semblants avec les grands principes et les belles promesses de changement des pratiques en politique ! Si Patrice Bessac souhaite conserver ses mandats, qu'il le fasse, il en a le droit comme les autres cumulards, mais qu'il l'assume !


Au cas où il finirait par se décider avant la rentrée, qu'il sache que sur le plan professionnel j'ai pu m'arranger tant bien que mal dans mon établissement, et l'emploi du temps prévu pour l'an prochain devrait me permettre de consacrer du temps à l'accomplissement du mandat régional. Je suis donc prêt. J'ai plein d'idées et de l'énergie à revendre face à l'état d'urgence dans lequel sombre notre pays et face à la faillite de la gauche !


Pour conclure ce billet sur un clin d'œil, voici ce qui circule sur internet. C'est un "private joke" que seuls les gens qui habitent à l'est de Paris pourront comprendre, puisque c'est le détournement d'une affiche collée notamment à Montreuil pour le prolongement des lignes 11 du métro  et T1 du tramway.


Salut et Fraternité. Bon été à tous !

 

Vite !

Retour à l'accueil