Nous-le-peuple.jpgAinsi, Jean-Luc Mélenchon et les ingénieurs du m6rep ont lancé hier la plateforme Nous le peuple. Plusieurs articles de presse ont font état, dans Libération, dans le Figaro... C'est bien.

 

Je viens d'y publier la contribution ci-dessous, sans trop sans savoir si elle sera lue et sans trop comprendre comment faire pour qu'elle ne se noie pas dans un flot désordonné de contributions, politiques et techniques, sérieuses et fantaisistes, qui y sont publiées.

 

Je suppose qu'on me dira que c'est une leçon d'humilité citoyenne. Très bien. J'y consens.

 

Je crois avoir saisi que plus on vote pour un texte (vous savez, le petit pouce en l'air !), plus il apparaît en tête de gondole... Donc, si mes lecteurs trouvent que ce que j'y raconte mérite d'être un peu lu et discuté, je les invite à aller le "poucer" un peu ici, en suivant ce lien !

 

 


 

 

Dès 2015 : 44 millions d'électeurs pourront choisir la 6e République !

 

En 2015, les élections départementales et régionales accompagneront la mise en œuvre de la réforme territoriale imposée par Hollande et dictée par la Commission Européenne.

 

"Mère de toutes les batailles" selon Valls, cette réforme sera une étape de plus pour l’Europe austéritaire. Les départements et les communes seront dévitalisés au profit d’intercommunalités technocratiques et de super-régions fédérales où la souveraineté populaire sera muselée.


Hollande se prépare à maquiller ce coup de force en referendum démocratique. Quel que soit le résultat, quelle que soit l'abstention, il pourra se prévaloir d'avoir mené à terme "le grand chantier du quinquennat". Des assemblées auront formellement été élues pour 6 ans et s'appuieront sur cette légitimité pour administrer ces nouveaux territoires de l'Europe libérale.


Les 70.000 citoyens du m6rep sont dotés avec ce réseau social d'un outil d'organisation efficace. Ils ne peuvent être les spectateurs passifs de ces événements politiques majeurs.


Alors en 2015, regarderons-nous passer le train de l'Histoire ? Traverserons-nous cette année décisive dans un univers hors-sol, sur la toile et dans des assemblées marginales, pour mener entre nous des débats sur le processus constituant ? Allons-nous tout miser sur 2017 et sur la seule élection présidentielle pour espérer parler au grand nombre de la 6e République ? Evidemment, non. Nous sommes sans doute "hors système" en proposant de préparer la rupture avec la 5e République, mais nous ne voulons pas être "hors sol".


Le PG se trouve dans un paradoxe étrange : il est incontestablement la cheville ouvrière du m6rep, et nous l'en remercions, mais il est aussi impliqué jusqu'au cou dans les grandes manœuvres préparatoires aux élections, au sein de diverses combinaisons politiques. Depuis l'expérience récentes des élections municipales et européennes, si la routine se poursuit, on sait qu'il n'y a rien d'autre à attendre des élections que de nouvelles désillusions.


Le m6rep peut sortir de cette impasse et le PG de cette ambigüité : il faut présenter partout des candidatures pour la Constituante. Des candidatures "hors-système" ne proposant pas de gérer les institutions de la dictamolle libérale, mais invitant les citoyens à s'engager matériellement pour la 6e République.


Quel que soit "le score" de ces candidatures, l'audace que représentera cette irruption du m6rep dans le débat public frappera les consciences. Cela permettra au m6rep - qui ne compte "que" 70.000 internautes - de toucher 44.600.000 électeurs ! Cela permettra à des centaines de candidats-tes de reproduire partout en 2015 le geste magnifique de Mélenchon en 2012 : promettre de ne consacrer leur mandat qu'à la préparation de la Constituante et de jeter les clefs du Palais cette tâche accomplie.

Retour à l'accueil