Décidément, je ne comprends rien aux logiques et au fonctionnement des appareils politiques !


Ce qui apparaissait extrêmement simple il y a une dizaine de jours se révèle aujourd'hui horriblement compliqué. En effet, depuis que j'ai découvert que  j'allais être incessamment appelé à siéger au Conseil Régional d'Ile-de-France en remplacement du nouveau maire de Montreuil qui ne veut pas cumuler deux mandats, j'ai eu la surprise de recevoir un certain nombre d'appels de responsables politiques de la gauche dite radicale qui tendent tous à m'expliquer que les choses ne sont pas si simples, et que - si ça doit arriver - ça n'arrivera pas tout de suite... et que ça peut même prendre un bon bout de temps !


Bigre ! Ça fait quand même cent jours qu'il est élu... Et les belles promesses, alors ?... Et les grands principes ? J'ai vu que ça a été plus vite de l'autre côté du périphérique : Anne Hidalgo, dans une situation comparable, a déjà été remplacée !


Et puis comment je m'organise, moi ? Je suis prof à plein temps, il est sans doute trop tard pour demander un temps partiel... que dois-je dire à mon chef d'établissement : "pouvez vous aménager  mon emploi du temps, s'il vous plaît, parce que je vais PEUT-ÊTRE être conseiller régional, mais je ne sais pas quand, et ça n'est même pas sûr " ? Ça n'est pas sérieux.


Et comment je fais, moi, cet été, pour préparer correctement la prise de fonction ? Je ne suis pas permanent politique, il me faut du temps ! Il faudra un jour que les dirigeants des appareils de gauche, bien éloignés pour la plupart d'une activité professionnelle normale - apprennent que le calendrier d'un salarié ne se manipule pas avec autant de facilité que le leur.


Et puis... Il faut aussi de s'inquiéter de la vacance de ce poste de conseiller régional depuis une centaine de jours, puisque la gestion d'une ville de plus de 100.000 habitants comme Montreuil prend évidemment tout le temps utile du nouveau maire. Il y a pourtant de grandes choses à faire, au Conseil Régional !


Non, vraiment, je ne comprends pas ces logiques d'appareils que toutes ces belles personnes m'ont présentées. 


Le plus simple est sans doute de m'adresser directement à Patrice Bessac, qui - trop occupé par sa nouvelle fonction à Montreuil - n'a pas trouvé le temps de me joindre depuis son élection le 30 mars.


Chères lectrices, chers lecteurs de ce Blog, comme je considère que tout cela n'est pas une affaire privée, mais relève totalement de la chose publique, inventons ensemble et en direct le concept du "SMS ouvert" (version moderne de la lettre ouverte) ! J'abandonne quelques instants le clavier de mon ordinateur pour tapoter sur mon téléphone un SMS à Patrice Bessac.


... tip tip tip ...


Voilà ! C'est fait ! Voici la capture d'écran de ce que je viens d'envoyer :

 

 

SMS-Bessac.PNG


Je promets de publier ici la réponse dès que je la recevrai.

Retour à l'accueil